• Le Solar Hôtel s’engage pour les coquelicots

    Une conférence de presse un peu particulière s’est tenue le 10 septembre dernier au Solar Hôtel avec pour sujet le lancement du mouvement national « Nous voulons des coquelicots ».
    Avec comme objectif une mobilisation populaire autour de la question de l’interdiction des pesticides, avec 5 millions de signatures dans les deux ans qui viennent. C’est un combat mené collectivement avec Fabrice Nicolino (Charlie Hebdo) et François Veillerette ( Générations Futures) en meneurs.

    Pourquoi c’est important, et pourquoi le Solar milite pour sa diffusion ?

    Et bien tout simplement parce que c’est un sujet qui nous concerne tous et que les effets des pesticides sur notre quotidien sont connus, et visibles. Il s’agit donc de prendre des mesures concrètes dès aujourd’hui et non pas dès demain, afin de préserver la biodiversité qu’il nous reste mais aussi la santé de nos enfants. Pour rappel, la France est le premier pays européen utilisateurs de pesticides…(l’histoire joue sur cette situation)

    Aujourd’hui, on en trouve partout !! Dans les rivières, dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans les aliments et bien évidemment dans le corps humain, jusque dans le cordon ombilical des bébés. Nous sommes donc en train de vivre un empoisonnement universel.

    Le problème c’est que nous n’en sommes pas les seules victimes

    En 15 ans, un tiers de nos oiseaux ont disparu (notamment car ils n’ont plus de quoi se nourrir avec la disparition des insectes – votre pare brise est de plus en plus propre, l’avez-vous remarqué? ). On connait le sort des abeilles et autres pollinisateurs pourtant si indispensables à notre quotidien ; et surtout, emblèmes de cette mobilisation, les fleurs sauvages et notamment les coquelicots deviennent rares…

    5 millions de signatures, c’est faisable avec un soulèvement pacifique de la société française qui seul permettra enfin de sortir du cauchemar des pesticides.

    Pour en savoir plus sur l’historique de la démarche , c’est ici

    Pour signer la pétition et prendre part au mouvement, c’est